Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

mardi 19 octobre 2010

Consultation chez mon psy

Consultation chez mon psy

Comme on l'avait fait tant de fois, presque tous les jours désormais,
dans un élan titanesque près de l'endroit où se trouvait sa maison.
Il était impossible pour moi, longtemps après, de l'oublier.
Ne me demandez pas pourquoi. Cela je ne pourrais le dire, c'était trop intime.
A chaque fois la même chose, mais j'aimerais éviter de me souvenir de cette époque.

Au bout d'un mois, il avait réussi à obtenir tout de moi, de ce désir vague et en même temps inflexible.
On était si bien sur l'herbe, surtout le soir. Il me suffit de regarder l'horizon pour m'en rappeler.

Moi, je crois savoir où tout ça m'a menée : nulle part enfin je veux dire ailleurs et j'en suis heureuse aujourd'hui.

Pour quelqu'un qui ne fonctionnait que par rapport à ses désirs, on peut se demander malgré tout s'il en présageait les résultats.
Ces entreprises, oh elles furent nombreuses, aventureuses et charitables mais c'est à peine si elles dépassaient
le stade embryonnaire. Enfin ! Il serait plus important mais surtout plus drôle d'en parler avec lui.

Quoi qu'il en soit cette histoire me fait dire que celui qui va se promener dans les bordels n'en sort pas indemne
mais en même temps, comme je l'ai entendu dire dans la nouvelle série de Canal + , Maison Close:
"Si tu ne vas pas au bordel c'est le bordel qui vient chez toi".

Anne Patoyt n'a pas mis les phrases utilisées en italiques dans ce texte car le texte n'est constitué quasiment que des débuts de phrases proposées

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist