Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

dimanche 30 novembre 2014

Trois textes de Charlotte Pineau en un seul envoi

Atelier écriture n ° 1 - John Kennedy Toole et C.Mc C avec Claire Berrebi 

J.K : .. Quant à mes convictions à l'égard de l'injustice sociale des pastèques et de leurs droits civils, mon anneau pylorique a vigoureusement réagi.. 

C.McC : Tu traverses un verger, tu es comme l'un de ces arbres tordus et voire, tu es une banche morte! 

J.K : Mais je n'ai pas connu quiconque qui brouillonne à l'apport des égouts. Même les poissons près de ton triste verger meurent de cette complète absence de contact avec la réalité quasi-totale de l ' " art " d'Amérique.. 

C.McC : Quel vent.. Tu es comme la cendre molle, indépassable dans le sillon du verger. Dans la réalité nous sommes comme tes pastèques, composées de sang séché, où poussent les uns à côté des autres, comme des frises de têtes humaines ou des viscères, desséchées, aplaties. Ton sourire est crispé, tes yeux rétrécissent ! 

J.K : Je n'ai jamais vu pousser moralement et spirituellement des compositions de sang séché ayant d'ailleurs une certaine aphasie stagnante. J'aimerais que la circulation de ces engins à leurs grosses lèvres bâtissent quelque part à travers l'obscurité de ce verger une ressemblance entre l'art d’Amérique et certaines régions d'Afrique !

C.McC : Tu parles d'anciennes cicatrices armées d'anciens motifs cousus le long des murs de pierre. Tu ne peux pas perdre la tête, même sous les coups de gourdin! 


Atelier écriture n° 2 - Liste de mots inconnus 

Un moment de flottement, l'esprit s'égare mais les yeux sont là, grands ouverts, à l’afflux du moindre petit détail. J'observe. J'observe tous ces passants ayant cet air roboratif. Ils filent. Le regard au sol, ou loin devant. Ils sembleraient suivre un chemin déjà tracé. Ils longent ces lignes imaginaires adjacentes les unes aux autres. Tous les laissent indifférent, tels des automates. Ces chemins éphémérides qu'ils créent transforment mon regard chafouin en un regard exaspéré. Tout a l'air d'être prédéfini. Mes yeux se posent sur cet homme, grand, attirant, une carrure qui ne passe pas inaperçue. Son air vigogne le rend frigide. Je le perds de vue. Ce moment intempestif me plonge dans une multitude de questions. 


Atelier écriture n° 3 - Ecrire d'après dessin - schémas 

L'heure sonne où les mains s’entrelacent 
où la pression atmosphérique trépasse
où l'eau épouse la forme de sa nuque 
où dans leurs esprits, il se passe plein de trucs
L'air chaud sous son dos,
le potentiel sous ses pieds, 
ne font que répondre aux secrets que cache cette clef. 
L'heure sonne où elle se trouve en chute libre
où ce transformateur nous fait part de son calibre
où l'administration publique se trouve sous le bureau
où là-haut, il faut toujours aussi chaud. 
La lumière est éteinte, 
l'énergie surgit, 
le temps que les hélices s'actionnent. 
L'heure sonne où sa jambe se soulève,

où dans les champs ils ne connaissent pas le mot " grève".

Charlotte Pineau

samedi 29 novembre 2014

Corentin Postic inspiré par quelques images qui lui ont été données

Deux personnes qui discutent.

A - Pour que quelque chose se fasse, il faut que tu fasses. Que tu pousses, tu tires, tu forces, tu tournes, tu tombes, tu balances...
Et après ça se passe ! Ça s'envole, ça tombe, ça part.

B - Mais comment ça se passe ?

A - Par le cours des choses, tu as fais quelques chose pour que quelque chose se fasse.

B - La cour ?

A - Oui ! Le cours des choses, la force des choses. Tu as voulu que quelque chose se fasse, tu as fais quelques chose, tu as forcé, tu as mis en œuvre.

B - Je ne peux donc rien faire tout seul ? 

A - Bien sûr que si, mais tu auras auparavant fait quelque chose pour que... deux choses donc.

B - Comme s'il fallait tout le temps qu'on soit deux... Mais quand je pense, je suis tout seul !?

A - Huumm, tout seul ? Ou tu parles à la petite voix qui trotte dans ta tête ? Moi j'appelle encore ça être deux !

B - J'ai compris ! Tu auras fais quelques chose seul, sans interagir, mais tu auras décidé de le faire, tu l'auras voulu. Ça marche comme la force, tête veut, corps veut ! 

A - Oui voilà, autrement dit ta tête est ton plus gros muscle, donc continue à parler à ta petite voix !

samedi 15 novembre 2014

Deux personnes qui discutent, écrit Corentin Postic

Le curé sur le mur

Deux personnes qui discutent.

A - Comme je dois lui paraître acariâtre.
B - Mais il ne déparerait le héros et la diaphane.
A - Avec perspicacité.
B -  Ma question tombe comme un caillou et fête l’incantatoire.
A - Je sais que pour son ephéméride...
B - Ma fille est une sorte de petit paladin radicelle.
A - Adjacent les meubles de paille et pousse devant ellele troupeaucomme si elle le menait en ce moment.
B - Je sais que pour sa vigogne fidèle...
A - Et un petit aquilin
B - Inaccessible au commun des oriels
A - Opiniâtre
B - Le mot presbytère venait de timoré

A - C’est certainement le presbytère le plus gai que je connaisse, avait dit chafouin

vendredi 14 novembre 2014

Supermarché express avec des mots latins par Quentin Geslan

Supermarché express

Être bercé par le mouvement de l'escalator. Lentement parvenir dans le hall, se diriger rationnellement vers les tourniquets automatiques, d'allure active et gracieuse comme les voltiges d'une libellule affolée par l'odeur contagieuse de l'origan mijoté au stand culinaire à l'entrée.

Sur les écrans animés à notre gauche, défilent les images d'un blockbuster où à la suite d'un naufrage miraculeux, des grenouilles carnifex dévorent généreusement les rescapés. 

Continuons notre marche, ponctuée d'arrêts incertains entre les biscuits et les fruits secs. Petit garçon, invisible dans l'allée à notre droite (apparemment celle du miel, des confitures et des pâtes à tartiner), humilié par son paternel d'avoir modestement tiré la langue à un ou une inconnue. Dans l'intervalle des paquets de semoule alignés en rangs quinze par quinze, jetons un œil pour entrevoir la scène publique. Le petit garçon, persévérant d'impertinence, continuait d'irriter le père

et par la même occasion, une famille taciturne et ruinée, bien décidée à se frayer un chemin entre les mailles du filet.

Poissonnerie – boucherie : sanctuaire à viande les chambres froides

nous les évitons pour mieux rejoindre la jardinerie : un brin de nature et de parfums nobles

pour finalement ressortir à l'entrée
affolés par l'odeur du met provençal à l'origan que
par l'irrésistible tentation
nous achetons.

Quentin Geslan

L'usage des mots, par Maëly Massereau


____Première partie en ne sachant pas la signification des mots proposés :

"Arthur, Arthur, où es-tu, viens vite, il faut que je te montre quelque chose !
- Oui, oui, j'arrive... Qu’y a-t-il de si urgent Elena ?
- Oh, mais tu m'as l'air tout chafouin aujourd'hui, que se passe-t-il ?
- Rien de transcendant, je suis seulement sorti avec mes amis et j'ai un peu abusé de la vigogne.
- Qu'est-ce que tu dis ?
- Ça va, pas la peine de prendre cet air si circonspect ! Tu voulais me montrer quelque chose non ? Alors fais voir !
- Aussi fatigant qu'une crise d'acariâtre toi aujourd'hui ! Peu importe... Regarde ! N'est-ce pas d'une beauté sans pareil ?
- Heu... C'est un peu aquilin comme objet, tu ne trouves pas ?
- Quoi ? Mais tu es fou ! Peu être un peu roboratif certes, mais c'est un véritable bijou technologique !
- Je suis quelque peu intempestif face à ce que tu me montres là.
- Non d'une radicelle ! Je n'arrive pas à croire que tu ne puisses pas être sensible face à ce genre de chose... Parfois, tu m'exaspères Arthur...
- Ne diaphane pas comme ça Elena, je te prie.

____Deuxième partie en sachant la signification :

- Je trouve cet objet tellement incantatoire !
- Ça ressemble plutôt à une vigogne ton truc là !
- Arrête d'être acariâtre comme ça Arthur ! Bon, ça suffit, je vais aller nous préparer un bon repas bien roboratif pour être en forme pour ce soir ! Mais sinon, tu ne trouves vraiment rien d'intéressant à ce que je viens de te montrer ? Même un peu ? Ce n'est pas possible, il y a bien un peu de positif dans ton opinion, non ?
- Qu'est-ce que tu peux être opiniâtre toi des fois ! Laisse moi tranquille ! Et sois circonspect dans ce que tu fais pour une fois !
- Mince, j'ai oublié d'acheter des œufs !
- Tu n'as qu'à demander à nos voisins adjacents !
- Quelle perspicacité tu as des fois, tu m"impressionnes ! Bon je vais.... Arthur ? Est-ce que ça va ? Tu as le teint tout diaphane tout à coup !?
- Je ne sais pas ce qui m'arrive, je ne me sens pas très bien... Ouvre l'oriel s'il te plait, il faut que je prenne l'air !"

Maëly Massereau


Mercator-Vortex-Ruina-Punctum


Marchant inlassablement, je marche.
La rue est recouverte de neige sale. Il fait sombre, la rue est vide, le son de mes bottes claque dans l’air sec.
Sur ma droite une petite allée, une poubelle.
Je marche d’un pas rapide. En regardant de nouveau à droite, une boutique. 
Je marche de plus en plus vite.
Au bout de la rue, je me rends compte que je suis perdu. Hébété, je lève la tête cherchant une plaque indicatrice : Rue Mercator.

Je marche encore.
Le chemin est recouvert de neige sale. Il fait sombre, la rue est vide, le bruit de mes bottes retentit dans l’air sec. 
Sur ma droite une petite impasse, pas de poubelle.
Je marche rapidement. Regard à droite : un vieux plan de métro à terre.
J’accélère la cadence de mon pas.
A l’extrémité de la rue, je prends conscience que je me suis égaré. Groggy, je lève le visage cherchant une indication : Avenue Vortex.

Je marche toujours.
Le trottoir est recouvert de sloche. Je ne vois rien, il n’y a personne, la mélodie de mes bottes sonne dans l’air sec.
A ma droite un cul de sac, un ballon abandonné.
En marchant rapidement mon regard se pose à droite : rien.
J’allonge le pas.
A la fin de l’avenue je devine que je suis esseulé. Désorienté je lève mes yeux cherchant un renseignement : Boulevard Ruina.

Je marche irrémédiablement.
Les pavés sont recouverts de neige fondue. Je suis seul dans le noir, la rythmique de mes bottes enveloppe l’air sec.
Vers ma droite un passage, la moitié d’un dollar déchiré.
En allant promptement ma tête pivote à droite : rien.
J’accélère.
Au 4/4 du boulevard je comprends que je suis déboussolé. Sonné, je lève mon regard cherchant une information : Terminus Punctum.



Koré Préaud

Nom féminin, du latin radix

Radicelle [Radisεl] nom féminin, du latin radix –racine : 

Terme commun du 18ème siècle désignant une petite nacelle en osier remplie de radis.
La pratique courante de l’époque consistait à attacher une nacelle pleine de radis à un ballon gonflé d’Oriel et de lâcher l’ensemble dans les airs.
Ainsi un amant averti pouvait grâce à son doux palais découvrir les envies culinaires de sa belle.
Mais cette technique courtisane sombra le jour où Roméo envoya au balcon de Juliette une radicelle dépassée d’une semaine.
Il s’ensuivit ce que nous connaissons tous : deux suicides intempestifs de deux timorées.


Koré Préaud



" Intempestif "

"Intempestif !" Ce mot résonnait en moi comme un parfum familier qu'il est impossible de déterminer. Si bien, que j'en étais venu à l'appliquer sans en comprendre le sens. Toutes ces parties de "Uno" où, je me retrouvais à regarder ma mère d'un air circonspect et à prendre des pénalités dès qu'elle criait "intempestif" finirent par me conditionner. D'ailleurs, n'importe quelle personne perspicace finirait par en comprendre le sens de manière aussi implicite.
Mon voisin adjacent pensa m'en apprendre le sens en disant avec son air opiniâtre : "Ne soit pas acariâtre, le mot intempestif est composé du mot ''temps" et "in" ce qui donne l'intemporalité. Le "pestif" en fait un mot négatif. C'est donc le mauvais moment de jouer tout simplement."
Mince ! Je me focalisais maintenant sur le mot acariâtre.

Le lendemain sonnait différemment. Après maintes recherches roboratives dans le dictionnaire je me sentais prêt à prendre ma revanche. Le garçon timoré que j'étais laissa place au moi devenu chafoin. L'acariâtre respirait alors la science du langage prêt à extirper ma rancœur envers le voisin autrefois opiniâtre. L'éphéméride de ma méconnaissance passée allait être lavée. Armé de mon grimoire incantatoire nommé Robert je rendrai les propos de ce dernier, diaphanes. Mais mon empressement me fit oublier qu'on était dimanche, jour de travail pour certains. Brisant mes espoirs de vengeances me faisant revenir à l'état timoré que je fus la veille. Laissant Robert à sa bibliothèque et mon enthousiasme avec lui. 
 Rémi Hertrich

jeudi 13 novembre 2014

Bon au moins

bon au moins j'ai fini ça aujourd'hui ! hier j'avais tout bien rédigé mes définitions de mots, mais elles ont fait partie des certains trucs que j'ai perdus ! Je m'y suis remis avec vigogne aujourd'hui, c'était assez roboratif. Je dois t'avouer qu'hier soir j'étais un peu chafouin quand j'ai appris que mon document était acariâtre... Au moins, maintenant je m'organiserai mieux pour toujours faire une, voire deux sauvegardes adjacentes pour ne pas que ce genre de problème devienne intempestif. Comme disent les profs, il faut être plus radicelle. C'est tellement imprévisible ce genre de situation. Des fois je me dis, il suffirait d'être perspicace, de prédire en fonction de l'éphéméride, l'état du fichier... Ou prier, organiser un petit rituel incantatoire. Mais bon... c'est plus oriel.

Benoît Villemont

dimanche 2 novembre 2014

Ponctum c'est tout dit Maximus Neveu

Durant l'Aestivus dernier, le collegium natura se réunit en séance ordinaire afin de légiférer sur la question de l'homicida. Il est vrai que pour le profanus la question n'était pas claire et nécessitait explico.
Les senatus ne parvinrent pas à se mettre d'accord, chacun jouant de sa nobilis pour dominus le débat. La situation tournait en naufragus ignobilis, et la disputo menaçait de ruina toute l'affaire. 
Bien que benevolus, un jeune homme d'une grande humilitas prit sur lui d'apaiser cette furiae. Ce judex était d'une fort belle  generosus et ses  facultas discursives lui conféraient une certaine aura  publicus. Tous se mirent à l’écouter lorsqu'il prit la parole et même les plus taciturnus se mirent à croire miraculum. Voici ce qu'il dit :
"Origo, origo ! Fragor fulmen habena ! Nobilis senatus benevolus dominus, je vous en conjure, faites considero de mes modestus paroles. Toutes ces peregrinus verbales auxquelles vous vous livrez ne sont que monstrum. Si nous continuons ainsi, cette irritus contagio aura raison de nous !"
Ces paroles simples mais sensées eurent un immensus effet sur l'assemblée qui fit acclamation communis de ce discours plein de bon sens, qui venait de ramener la paciferae dans l'hémicycle. Tandis que les "Olae" et les "Bravorum !" retentissaient, l'un se leva et demanda si dans sa grande mansuettus, le sauveur pouvait se présenter.
"Bien sûr, je vais vous donner mon libellus, répondit le jeune homme. Ego... Jésus-Christian, mais appelez-moi Jésus-Christ ». C'est alors que l'assemblée se tut pour le dévisager. Tout le monde reconnut la sanctus figurae du bonhomme. C'est ainsi que dans un déchaînement sans égal, dix senatus se jettèrent sur lui, l'attrapèrent par les capillus, puis on l'attacha à un colonus pour lui donner la lugubris punire.

C'est après trois jours passés accroché à une croix, à implorer misericors qu'il se dit que les hommes étaient vraiment irrecuperabilis et que jamais plus il ne se prendrait la tête à descendre de la Luna jusque sur Terre. Ponctum c'est tout.

samedi 1 novembre 2014

NB: (bien garder les majuscules à leurs places car notre interlocuteur aime les mots.)


« EGREGIUS, après les exercices 305 et 306 ma foi fort intéressants, dois-je vous expliquer de par mon esprit savant de GENEROSUS, le sens caché du mot, que dis-je, du NUMEN MISERICORS suivant : « MERCATOR » !

MERCATOR, MERCATORE, MERCATORARE, MERCATORARESSIMO... Comment ne pas penser à Mercure! Mercure, planète ignée du système solaire, arborée de FULMEN ; Dieu SANCTUS du sang et de la guerre ! Sang vitreux de la Terre! Matière MIRACULUM de notre grande NATURA ! 
MERCATOR, Mercure, Mars ! Et nous pensons PUNCTUM à notre cher Hermès. Dieu messager, porteur de querelles ! SIMILIS ! Dieu des échanges... Des échanges à querelles, comment ne pas penser au Marché, quand on parle de ce Dieu marchand ! Grand Titan du COMMERCIUM !

PUBLICUS JUDEX ! Enlevez le "R" à MERCATOR et vous obtenez un marché qui se donne des airs mais qui n'en a plus, car trop essoufflé après un match de ballon rond. Mercato ! Alors, PERTINAX, me direz-vous mais... ce n'est pas tout. Croyez-moi PROFANUS, quand je vous dis que « Mercure » et « rondeur » ont un sens COMMUNIS mais DISSIMULO...

D'aborrrrrd, il y a la Planète, puis il y a le "O" d'Osiris, Hermès égyptien ; puis l'orbe PASTOR à la cime du sceptre d'Hermès, entourée des deux serpents ! Cette boule ronde est un œuf... PERSEVERO ! Ce que je vous dis là est un Grand Secret. MERCATOR, Mercure, avait dans quelqueS temps anciens pour symbole le Coq. La FIGURA de la Gaulle et de ses Gaulois ! Le CAPILUS au bout du clocher des Églises ! Symbole du Christ ressuscité ! MERCATOR, Hermès, les Gaulois. Je vois leurs casques et leurs petites ailettes... Je vois aussi les souliers d'or et leurs petites ailettes ! Pensez auX Druides et leur potion magique, qui cueillaient leur mercure sous la LUNA LUGUBRIS au solstice AESTIVUS !

Tant de secrets, c'est un PROFITEOR ! Moi-même je me perds quand je pense qu'un coq en patois creusois, SIMILIS l'Occitan, se dit un « jo » ou un « Jason » ! BREF ! MERCATOR, Hermès, mercatique est une science qui reste pour moi totalement hermétique et pourtant, elle anime les Hommes et leur HUMILITAS depuis des siècles de CALAMITAS ! »

Benoît Villemont

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist