ROSTOV SUR LE DON

Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

lundi 19 janvier 2015

Elise André parle du paquebot France de 1913

- Plaisir de décrire -
L'extérieur et tout l'intérieur de ce grand corps
Ce grand corps allongé & puissant
A la ligne élégante et souple
Dont la force a je ne sais quelle grâce
Formidable et subtile.
Dédale des sens,
Dont l'idée seule suffit à donner le vertige
Perfectionné, beau et raffiné
Se laisser entraîner à parler du charme
où se mêle le spleen du mouvement de la mer
L'espoir des aventures,
La nostalgie des rivages abandonnés
Sur quelque palais des Mille et Une Nuits glissant sur les flots.

mercredi 14 janvier 2015

Hiver 1915


Je suis dans la salle à manger des enfants, dans ce grand corps élégant et puissant : le paquebot « France ». Le luxe et le style de ses aménagements lui valent le surnom de « Versailles des Mers ». Le paquebot incarne modernité et présente de nombreuses innovations technologiques. Ce qu’il y a de particulier dans ce paquebot, c’est le temps figé. Un temps comme arrêté par le spleen de la mer, un temps de rêveries sans fin. Les mots, faits et gestes, sont en fait totalement bouleversés, nous ne savons plus "quand" nous sommes. Comme dans un labyrinthe, la difficulté est de se retrouver.

Dans cette salle à manger, un enfant est endormi, son assiette encore pleine de sauce aux champignons, de viande froide, il est le seul assis sur sa chaise en osier 1er classe, la tête à peine sur la table, retenue par ses jeunes mains. On entend la mer. Pas de fenêtre, des tables bien lustrées, des chaises en osier raffinées, une lumière très douce. On entend la mer. Mais vers quel nouvel horizon allons nous arriver ? Cela n’a pas trop d’importance, à première vue, ici, les voyageurs sont terriblement silencieux, le moindre mot chuchoté dans un couloir, dans un salon, s’entend à plusieurs mètres. Ici, la discrétion est terrifiante. 

Leïla Grandin

Passible Géant


Ma physionomie improbable, décimétrique, rocambolesque a tendance à faire fuir le regard. 
Et pour cause, mon œil droit s’échappe vers un infini qui m’échappe.
Parfois lorsque le regard d’une belle, insulté par mon apparence, me rabaisse, je me rassure doucement. Je me dis alors que cette coquette maladresse, dont le destin a voulu affubler mon profil, me procure une certaine ivresse.

De là où je suis, les gens sont différents, pas étranges, mais dissonants. La mélodie qu’ils font réunis ne forme aucune cacophonie.
Au contraire, leurs mouvements forment une orchestration des plus intéressante. 

De là où je suis, les couleurs sont pastel. La lumière est claire. Cela donne l’impression que la matière est éclairée à revers.  Cela ne veut pas dire que les couleurs sont agressives au contraire, elles sont ternes.  Le bleu usé arrive par petites touches apeurées et le jaune délavé cingle le pauvre gris pommelé.

De là où je suis, l’espace a l’air de se craqueler. De longue et de petites écailles cernées de blanc se chevauchent, se côtoient. Leur organisation m’échappe.  Comme la destination finale de mon œil droit.

Peut-être cherche-t-il la suite de ce paysage ?

Koré Préaud

lundi 15 décembre 2014

Images découpées, reliées par Claire Berrebi


Comme sur un fil tendu, le canard avançait.
Se balançant de gauche à droite, hors de la mesure, entre les arbres.
Imaginant son mécanisme interne.
Chaque partie assemblée, devenait dans l'esprit, l'image du corps humain découpé.
Puis, ré-assemblé, mélangé ou ordonné.
À cet instant, sous la pluie, ma brûlure rappelait à mon cerveau la douleur.
Là, je voulais être automate, ou découpée, pour changer de pied, et continuer à avancer.

L'avenue était interminable.

Claire Berrebi

Claire Berrebi va loin

Les cartes

Prendre Tverskaya ulitsa et continuer sur 123 m 0 m 0 min
Prendre à  droite Tverskoy bul'var et continuer sur 927 m 123 m 0 min
Continuer tout droit Malaya Nikitskaya ulitsa et continuer sur 131 m 1,1 km 2 min
Prendre à  droite Spiridonovka ulitsa et continuer sur 806 m 1,2 km 3 min
Prendre à  droite Sadovaya-Kudrinskaya ulitsa et continuer sur 321 m 2,0 km 4 min
Continuer tout droit Bol'shaya Sadovaya ulitsa et continuer sur 233 m 2,3 km 5 min
Prendre à  droite Triumfal'naya ploshchad' et continuer sur 338 m 2,5 km 5 min
Continuer tout droit 1-ya Brestskaya ulitsa et continuer sur 974 m 2,9 km 6 min
Prendre à  droite Tverskaya Zastava ploshchad' et continuer sur 91 m 3,9 km 8 min
Prendre à  gauche Tverskaya Zastava ploshchad' et continuer sur 4,2 km 3,9 km 8 min
Moscou - Madrid 07:00 – 10:20 Iberia 3143 5h20 Madrid – Lisbonne 22:45 – 23:00 Iberia 3118
1h15
Prendre à  gauche et continuer sur 101 m 0 m 0 min
Prendre à  droite et continuer sur 28 m 101 m 1 min
Au rond-point, prendre a  gauche et continuer sur 14 m 129 m 2 min
Prendre à  gauche et continuer sur 584 m 143 m 2 min
Prendre à  droite et continuer sur 105 m 727 m 11 min
Fin de zone pi®¶tonne : Continuer avec votre v®¶hicule et continuer sur 17 m 832 m 12 min
Au rond-point, prendre à  droite et continuer sur 9 m 849 m 12 min
Prendre à  droite et continuer sur 264 m 858 m 13 min
Au rond-point, prendre à  gauche et continuer sur 750 m 1,1 km 13 min
Au rond-point, prendre à  gauche Avenida Eug®¶nio de Andrade et continuer sur 570 m 1,9 km 15
min
Prendre à  droite Eixo Central et continuer sur 683 m 2,4 km 17 min
Au rond-point, continuer tout droit Avenida Santos e Castro et continuer sur 901 m 3,1 km 18 min
Prendre à  gauche Avenida do Brasil et continuer sur 268 m 4,0 km 21 min
Prendre à  droite Avenida de Roma et continuer sur 353 m 4,3 km 22 min
Continuer tout droit Praça de Alvalade et continuer sur 115 m 4,6 km 23 min
Continuer tout droit Praça de Alvalade et continuer sur 1,2 km 4,8 km 24 min
Prendre à  droite Avenida João XXI et continuer sur 147 m 6,0 km 27 min
Prendre à  gauche Avenida João XXI et continuer sur 170 m 6,1 km 28 min
Prendre à  droite Avenida de Roma et continuer sur 122 m 6,3 km 29 min
Continuer tout droit Praça de Londres et continuer sur 730 m 6,4 km 29 min
Continuer tout droit Largo do Leão et continuer sur 60 m 7,2 km 31 min
Prendre à  gauche Rua Carlos Jos®¶ Barreiros et continuer sur 274 m 7,2 km 31 min
Prendre à  gauche Rua de Arroios et continuer sur 597 m7 ,5 km 33 min
Continuer tout droit Largo de Santa Bárbara et continuer sur 29 m 8,1 km 35 min
Prendre à  droite Largo de Santa Bárbara et continuer sur 72 m 8,1 km 35 min
Prendre à  gauche Rua de Santa Bárbara et continuer sur 300 m 8,2 km 35 min
Continuer tout droit Paço da Rainha et continuer sur 196 m 8,5 km 36 min
Continuer tout droit Largo do Mitelo et continuer sur 50 m 8,7 km 37 min

Continuer tout droit Campo dos Mártires da Pátria et continuer sur 156 m 8,7 km 37 min

Bangkok-Tunis-Rémi-Hertich




GOGOLMAP.CON

Indiquez votre recherche :
Position initiale : Hôtel Bangkok
Destination : Marché des boucheries de Tunis

Type de trajet : Le moins cher
Véhicule : Aucun



1. Sortez de votre lit il est 17h, il serait peut-être temps de faire quelque chose de votre vie. 

2. Fermez la porte en sortant

3. Prenez les escaliers, sans courir.

4. Dites bonjour à la dame de l'accueil en sortant.

5. Couvrez - vous la tête le soleil frappe fort dehors.

6. Prenez le passage piétons et marchez à l'ombre il fait moins chaud.

7. Tournez à droite.

8. Tournez à droite.

9. Après un certain temps tournez à droite.

10. Allez à gauche ça vous changera les idées.

11. Après, 10 fois votre âge divisé par votre poids multiplié par la somme de votre compte en Suisse plus 30 mètres tournez à droite. 

12. S’il est 17h45 allongez-vous sinon attendez 2 minutes et ensuite allongez-vous.
(Important : Il est primordial d'être allongé en travers des rails du tramway)

13. Ça porte malheur.

14. Mourez et réincarnez-vous en Youssef.
(Ne vous plaignez pas vu votre Karma)

15. Ça n'en finit pas…

16. Sortez du lycée Al kader sans se faire voir du surveillant.
(C'est ça de retourner en seconde).

17. Débrouillez-vous pour aller au marché des boucheries après-tout vous êtes né ici.


ANNULER L'ITINERAIRE



GOGOLMAP.CON

Indiquez votre recherche :
Position initiale : Hôtel Bangkok
Destination : Marché des boucheries de Tunis

Type de trajet : Très cher


404 - Erreur
Page not found



dimanche 14 décembre 2014

Maëly Massereau regarde attentivement deux fragments de plans

Ils s'étaient vus pour la première fois à l'école. Elle, était en première année, lui, en troisième. Un matin, alors qu'ils ne se connaissaient pas encore, ils allèrent tous les deux se promener, à l'aube. Lui, habitait rue Stalingrad, elle, rue Berthelot. Ils se dirigèrent tous les deux près du fleuve et se retrouvèrent subitement l'un devant l'autre. La rue était exiguë, le soleil presque levé. Ils continuèrent à marcher à travers Toulouse. Ils ne partageaient pas les mêmes centres d'intérêts mais la même folie enfantine les animait. La fin de l'année arriva si vite qu'elle n'avait pu entreprendre ne serait-ce que la moitié de ce qu'ils avaient prévu de faire ensemble. Tandis qu'elle avait été acceptée en deuxième année, son projet à lui était de retourner en Amérique du Sud pour travailler et y faire ses études. Elle ne pouvait pas le suivre, il ne pouvait pas rester. L'été terminé, chacun repris ses études de son côté. Elle, avait travaillé durant toutes les vacances, lui, était parti commencer sa nouvelle vie en Amérique. Il se retrouva dans la ville de Valparaiso. Il se croyait dans un véritable arc-en-ciel. Toutes les maisons étaient colorées. La gaieté et la bonne humeur embellissaient chaque coin de rues. A Toulouse, les rues étaient maussades. Un soir, elle s'allongea sur son tapis. Il faisait nuit, les lumières de la ville illuminaient sa fenêtre. La cheminée était allumée et lui faisait oublier la fraîcheur de l'hiver. Tout à coup, son téléphone sonna...

Maëly Massereau

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist