Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

vendredi 8 novembre 2013

En observant une photo souvenir d'une page de Laurent Mauvignier

C’est l’histoire d’une femme,
ou peut-être d’un homme.
Une histoire de schizophrénie,
une histoire banale.
L’histoire d’un tourment,
d’un être qui connut de meilleurs jours.

C’est l’histoire d’une femme,
c’est l’histoire d’un homme.
C’est une histoire d’amour,
ou peut-être de rupture.
L’histoire d’une cicatrice,
ou plutôt celle d’un vide.

Elle était pourtant saine, jusqu'à ce qu’ils soient 2.
Elle était devenue folle, quand il est apparu.
Folle de lui, d’abord.
Folle d’amour, ensuite.
Folle de désespoir, bien après.
Elle était devenue ivre quand il est apparu.
Ivre de lui
Ivre d’amour
Ivre de joie
Ivre de la vie, en fait.
Maintenant, elle a la gueule de bois.
Et elle attend.
Elle se demande simplement, à quel moment le processus de cicatrisation va-t-il tout renverser.
A quel moment va-t-elle être : 
Folle, tout court.
Folle d’elle-même.
Folle des autres.
A quel moment va-t-elle être : 
Ivre de liberté
Ivre de rencontres
Ivre d’alcool –et du bon.
Pour l’instant, son bateau, son beau voilier, son fameux trois mats,
s’est brisé.
Comme une merde.
Sur un rocher petit, certes, mais surtout bien invisible du pont d’où elle prenait tranquillement le soleil.
Il y a eu beaucoup de bruit, et d’un coup, plus rien.
Voilà.
Elle est dans l’eau, elle boit la tasse.
Se laissant couler, pour ensuite remonter à la surface, vérifier qu’il soit bien parti.
Elle re-coule.
Elle remonte.
Elle re-coule.
Remonte.
Bref, Elle apprend à finir,
Et peut-être à nager.




d'après LAURENT MAUVIGNIER : APPRENDRE A FINIR. chap 2 p. 33                                           Zoé Bonnardot 

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist