Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

dimanche 4 décembre 2011



Plus rien n'a de sens, le silence m'offense et la chance a quitté la danse.
Je redouble de vigilance ! L'horizon penche, ma vision flanche, une immense folie m'envahit.
Petit à petit la vie s'enfuit sans un bruit. Le corps faiblit mais l'esprit en rit.
Heure par heure et avec douceur je meurs de douleur.
Mais sans peur j'accueille l'affreux malheur, l'incertain destin qui me tient entre ses mains.

Sa vie est un calvaire, austère elle se terre la vipère, oh misère !
Elle s'affaire à déplaire. Fière elle désespère car la colère la rend sévère.
Elle adhère au parti de ses pères mais leurs idées la sidère.
Il est clair qu'elle et eux ne font pas la paire.
Son existence est un désert empli de prière,
où le plaisir est secondaire.

Bertille Duval

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist