Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

vendredi 14 novembre 2014

Mercator-Vortex-Ruina-Punctum


Marchant inlassablement, je marche.
La rue est recouverte de neige sale. Il fait sombre, la rue est vide, le son de mes bottes claque dans l’air sec.
Sur ma droite une petite allée, une poubelle.
Je marche d’un pas rapide. En regardant de nouveau à droite, une boutique. 
Je marche de plus en plus vite.
Au bout de la rue, je me rends compte que je suis perdu. Hébété, je lève la tête cherchant une plaque indicatrice : Rue Mercator.

Je marche encore.
Le chemin est recouvert de neige sale. Il fait sombre, la rue est vide, le bruit de mes bottes retentit dans l’air sec. 
Sur ma droite une petite impasse, pas de poubelle.
Je marche rapidement. Regard à droite : un vieux plan de métro à terre.
J’accélère la cadence de mon pas.
A l’extrémité de la rue, je prends conscience que je me suis égaré. Groggy, je lève le visage cherchant une indication : Avenue Vortex.

Je marche toujours.
Le trottoir est recouvert de sloche. Je ne vois rien, il n’y a personne, la mélodie de mes bottes sonne dans l’air sec.
A ma droite un cul de sac, un ballon abandonné.
En marchant rapidement mon regard se pose à droite : rien.
J’allonge le pas.
A la fin de l’avenue je devine que je suis esseulé. Désorienté je lève mes yeux cherchant un renseignement : Boulevard Ruina.

Je marche irrémédiablement.
Les pavés sont recouverts de neige fondue. Je suis seul dans le noir, la rythmique de mes bottes enveloppe l’air sec.
Vers ma droite un passage, la moitié d’un dollar déchiré.
En allant promptement ma tête pivote à droite : rien.
J’accélère.
Au 4/4 du boulevard je comprends que je suis déboussolé. Sonné, je lève mon regard cherchant une information : Terminus Punctum.



Koré Préaud

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist