Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

lundi 18 février 2008

Expressions françaises

Jeudi 14 février le mot d'ordre était généreux : truffer son discours d'expressions françaises.
Chacun ayant à sa disposition tout un lot (lisible ci-dessous) extrait du dictionnaire Robert des expressions et locutions aura gardé la liberté d'en prendre et d'en laisser ou d'en ajouter d'autres.



Couper les cheveux en quatre.
Être à couteaux tirés.
Tirer la couverture à soi.
Sans crier gare.
La critique est aisée (mais l’art est difficile).
On s’y croirait !
Ne pas y aller avec le dos de la cuiller.
Se croire sorti de la cuisse de Jupiter.
Le cul entre deux chaises.
Être comme cul et chemise.
Vous n’avez rien à déclarer ?
Mettre du beurre dans les épinards.
Tiré à quatre épingles.
Passer l’éponge.
L’erreur est humaine.
Les grands esprits se rencontrent.
Baisser dans l’estime de quelqu’un.
Avoir l’estomac bien accroché.
Brûler les étapes.
En tout état de cause.
Mettre quelqu’un hors d’état de nuire.
De toute éternité.
Faire des étincelles.
Au-delà de toute expression.
Passer d’un extrême à l’autre.
Se voiler la face.
Se fâcher tout rouge.
Avoir un faible pour …
La faim est mauvaise conseillère.
Connaître quelqu’un comme si on l’avait fait.
Ni fait ni à faire.
C’est comme si c’était fait.
Rouler dans la farine.
N’y voir que du feu.
Les ficelles du métier.
Porter quelque chose sur la figure.
Donner du fil à retordre.
Les meilleures choses ont une fin.
Faire flèche de tout bois.
Faire une fleur à quelqu’un.
Fort comme un bœuf.
Plus on est de fous plus on rit.
On ne peut pas être à la fois au four et au moulin.
Avoir d’autres chats à fouetter.
En français dans le texte.
Ronger son frein.
Avoir la frite.
Avoir (donner, faire) froid dans le dos.
Ne pas avoir froid aux yeux.
Qui s’y frotte s’y pique.
Il n’y a pas de fumée sans feu.
Avoir le vin gai.
Y aller gaiement.
Frais comme un gardon.
Avoir (mettre) de l’argent à gauche.
Rompre la glace.
A la Saint-Glinglin.
Avoir le couteau sous la gorge.
Jeter sa gourme.
Des goûts et des couleurs, on ne discute pas.
Se ressembler comme deux gouttes d’eau.
En prendre pour son grade.
Veiller au grain.
En prendre de la graine.
Se fendre la gueule.
Vous habitez chez vos parents ?
Tenir en haleine.
Mordre à l’hameçon.
Des hauts et des bas.
Couper l’herbe sous le pied.
Avant l’heure c’est pas l’heure après l’heure c’est plus l’heure.
Il n’y a pas d’heure pour les braves.
Encore heureux !
Histoire à dormir debout.
C’est toujours la même histoire.
Homme à femmes.
Un homme averti en vaut deux.
La partie cachée de l’iceberg.
Je vois cela d’ici.
Se faire des idées.
Mourir idiot.
Sage comme une image.
L’incident est clos.
Innocent comme l’enfant qui vient de naître.
S’inscrire en faux.
Mieux vaut tard que jamais.
Prendre ses jambes à son cou.
Rire jaune.
D’un seul jet, du premier jet.
D’entrée de jeu.
Cacher son jeu.
La semaine des quatre jeudis.
Il faut que jeunesse se passe.
Joli comme un cœur.
C’est le jour et la nuit.
Du jour au lendemain.
À chaque jour suffit sa peine.
Ça vaut le jus.
Être soupe au lait.
Boire du petit-lait.
Avoir un mot sur le bout de la langue.
Tenir sa langue.
Se demander si c’est du lard ou du cochon.
Ne pas en mener large.
Pleurer toutes les larmes de son corps.
Passer comme une lettre à la poste.
Être suspendu aux lèvres de quelqu’un.
Courir deux lièvres à la fois.
Lire entre les lignes.
Tourner comme un lion en cage.
Comme on fait son lit, on se couche.
Être aux premières loges.
Loin de moi l’idée…
Qui veut voyager loin ménage sa monture.
En long, en large et en travers.
Voir quelque chose par le petit bout de la lorgnette.
Se jeter dans la gueule du loup.
Mettre en lumière.
Promettre la lune.
Maigre comme un clou.
Avoir maille à partir avec quelqu’un.
Ne pas y aller de main morte.
Prendre (être pris) la main dans le sac.
Gros comme une maison.
Avoir l’esprit mal tourné.
Une autre paire de manches.
Sous le manteau.
Se plaindre que la mariée est trop belle.
Faire bouillir la marmite.
Tirer les marrons du feu.
Se mettre martel en tête.
C’est toujours les meilleurs qui s’en vont.
Ne pas engendrer la mélancolie.
Avoir un métro de retard.
Faire partie des meubles.
Chercher midi à quatorze heures.
Je vous le donne en mille.
Mine de rien.
C’est un mauvais moment à passer.
Se prendre pour le nombril du monde.
Faire une montagne (de quelque chose).
À la mords-moi le nœud.
À réveiller un mort.
Au bas mot.
Un mot plus haut que l’autre.
Ne pas mâcher ses mots.
Prendre la mouche.
Entrer quelque part comme dans un moulin.
Tous les moyens sont bons.
Les murs ont des oreilles.
Mystère et boule de gomme.
Passer sous le nez.
Regarder d’un œil noir.
Appeler les choses par leur nom.
Vous m’en direz des nouvelles.
La nuit porte conseil.
L’occasion fait le larron.
À l’œil.
Pour les beaux yeux de quelqu’un.
Avoir des yeux pour ne pas voir.
L’oisiveté est la mère de tous les vices.
Rouler sur l’or.
Il y a de l’orage dans l’air.
Dans le tuyau de l’oreille.
Tomber sur un os.
Pour un oui pour un non.
Avoir du pain sur la planche.
Se faire porter pâle.
Panier de crabes.
Le dessus du panier.
Etre dans les petits papiers de quelqu’un.
Paquet de nerfs.
N’avoir pas son pareil.
Personne n’est parfait.
Paris ne s’est pas fait en un jour.
Parler pour ne rien dire.
Les paroles s’envolent les écrits restent.

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist