Un groupe de personnes qui se réunissent un jeudi sur deux pour écrire

lundi 4 février 2008

Delphine Romain augmente Robert Walser

Comme j'ai fait l'important dans le paragraphe que je viens de terminer et que cela pourrait peut-être dissuader quelques lecteurs de poursuivre leur lecture, à présent je me calme, je m'adoucis, je me fais tout petit. Ça m'embêterait qu'ils stoppent leur lecture car ce que j'aurais écrit ne servirait à rien. Les vraiment forts ne sont pas ceux qui jouent les forts, gentiment dit, n'est ce pas? Et d'ailleurs dans ce cas, les vraiment faibles ne sont pas ceux qui jouent les faibles. Et maintenant, il se trouve que dans une salle où les gens se rencontrent, un brave époux était assis en compagnie d'une autre et voulait que le brigant le vît. Il voulait qu'il le vît lui. Lui en compagnie d'une autre que sa femme. Oui car on est dans un lieu de rencontres alors il voulait qu'on le voit en train de rencontrer. Le brigand le voyait mais le brave époux ne voyait pas qu'il le voyait. Et le brigand voyait bien que le brave époux ne voyait pas que lui le voyait rencontrer. Lui qui aurait tant voulu être remarqué avait le regret de se dire qu'on ne le remarquait pas; et pourtant il s'était fait une joie à l'idée d'être remarqué. Mais bon, il était trop occupé à rencontrer pour remarquer que le brigand l'avait remarqué. Quelquechose devait l'empêcher de voir qu'il était vu alors que le brigand, lui voyait bien et rien ne l'empêchait de voir sans être vu. C'est que le brave époux s'était mis pour une fois dans la peau d'un viveur. Enfin, je dis "brave" mais il n'est pas si brave que ça l'époux ! Je ne vais pas changer de nom maintenant, c'est trop tard ! Mais du coup, c'est nul de dire "brave époux" alors que tout le monde a bien remarqué que c'était un...Enfin bref, je disais donc qu'il s'était mis dans la peau d'un viveur. Consciencieusement. Ce brave époux. Et il se serait bien vu l'objet de l'admiration de son ami le brigand. Il l'était mais ne le savait pas. S'il n'était pas occupé à flirter avec l'autre, il l'aurait remarqué. Le brigand donc, admirait le brave époux qui ne voyait pas qu'il était l'objet de l'admiration de celui qu'il voulait qu'il l'admire. Or, le brigand de son côté ne songeait qu'au moyen de devenir un "brave époux". Ça partait d'une bonne intention à part si "brave époux" signifiait pour lui "tromper sa femme". Il demanda à la serveuse: "vous croyez que je pourrais être encore digne d'avoir une femme ?" Question qui reçut de la fille cette réponse : "Eh mon Dieu, pourquoi non ? Vous êtes si gentil. " Cette réponse réconfortante mit le brigand dans une joie extrême et tandis qu'il goûtait à cet extrême plaisir de penser qu'il trouverait encore l'occasion de devenir un brave époux; le brave époux lui qui avait rendez-vous avec une autre, se voyait extrêmement privé de l'attention du brigand, qu'on appellera désormais le "brave brigand". Et le brave époux ne sera plus que "l'époux tout court". Ce dernier ne remarquait toujours pas qu'il avait été vu et qu'il pouvait arrêter son cinéma avec l'autre femme. Or il n'aurait souhaité devant personne plus que devant son ami le brigand, briller un peu avec son autre. S'il redescendait un peu sur Terre il verrait que ça y est! Il avait brillé devant le "brave brigand" avec son autre qui n'est à ce propos pas terrible, terrible. Mais non, il n'était pas décidé à voir qu'il était vu. Et continuait d'espérer que le "brave brigand" le remarque. le brigand se serait dit : "Sa pauvre brave épouse se morfond toute seule à la maison et lui s'amuse ici." Il était maintenant temps que le "brave brigand" devienne un "époux tout court" et aille un peu la rencontrer aussi cette "pauvre brave épouse qui se morfondait toute seule à la maison" vu que son époux tout court s'amusait ici.

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Perspectiviste acharné depuis 1995 /unremitting perspectivist